Journal poétique / www.jouyanna.ch

ce matin

lundi 14 septembre 2015, par Anna Jouy

je ne veux rien d’autre ce matin que sentir, ces plaies, les accrocs, légers comme des restes de pliures, que je ne verrai jamais disparaitre, ces blessures, le sang transparent des femmes, menstrues livides, et moi dedans qui coule et me vide. parce que sans cesse il faut renaitre à ces peines -là, à la perte de son debout, de sa fierté et ployer, se courber, briser l’os de la marche et se mettre à genoux...
je ne veux rien d’autre, que poser, comme des caïrns faibles, modestes, juste un fil de caillots, de mots sur ce matin... je ne veux rien d’autre. que m’épuiser à nouveau, jeter dedans, dans ma chair, le seau, dans le grouillement de mon sang qui a donné la vie lui aussi, et le tirer vers le ciel de ma langue. et puis le verser et renverser et arroser... il n’y a donc que des ronces à faire pousser.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.