Journal poétique / www.jouyanna.ch

zakane poème

dimanche 18 octobre 2015, par Anna Jouy

Si souvent chercher les promesses de la souffrance. Ces ergots qui picorent au blé sa lumière. Soudain être plus dressé, plus noir. Et tout ce poison qu’on contient, un fiel qu’on écrème comme on cherche le nerf de l’acier. Le ressort pour un cri. Qu’on catapulte quelque chose, hors de soi. Cracher à 6 pas, un cratère, un corps, un brandon, des goupilles d’étincelles avant le meurtre de la nuit. On en a besoin. Vociférer semble la seule espérance. On le croit. On veille sur le feu. Mais de quoi souffrirait-on ? De quoi ? La question est plus douloureuse encore et nous reste comme la dynamite qui file à la corde. Explosive, inutile et désastreuse. Du médiocre bonheur que l’on a croit-on, ne peut sortir aucun poème. Alors, on rabat les paupières. On serre le vocabulaire, expier du texte.
Et loin derrière, les lichens jaunets de quelques heures plaisantes.
Mais. Loin derrière, tu frappes le briquet d’une seule flamme et tout alors s’éblouit.

lire zakane http://lesmotsdezakane.blogspot.fr/
ou aux Editions www.qazaq.fr

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.