Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 479

mardi 20 octobre 2015, par Anna Jouy

Et puis retrouver les mots qui s’absentent, ceux qu’on chasse de la corde, les coordinations, les jointures de l’espace. Remettre par-ci par-là les bibelots de phrase, les détails qu’on garde dans l’armoire, pour faire des raccourcis et courir au point final. S’accrocher maintenant aux particules, recoudre les accrocs de l’haleine, entre-tenir. Traîner un peu plus, en patineur. Regarder le paysage, butiner les souvenirs. Cesser d’écrire en springbok pour échapper aux prédateurs. Troquer donc les ongles pour des pattes, des pieds à la rigueur. Lester le texte de pays, de chemins, de domaines. Augmenter son voyage, allonger partout son ombre. Ne rien quitter sans avoir précisé. Préciselé peut-être. Il manque de plus en plus de pièces à la lecture. On sent qu’il y a là une architecture du trou mais à lire les dentelles, on touche à la robe du braille…

Je cherche ce qui manque, mon esprit laisse trop souvent s’effondrer ses ponts de sable.


kinepharma.es

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.