Journal poétique / www.jouyanna.ch

C’est croître donc me dis-tu

mercredi 21 octobre 2015, par Anna Jouy

C’est croître donc me dis-tu qui importe.
Avec ce petit nuage de vent sous le bras, et des arrosoirs au pommeau céleste. Je veux bien, oui, être un fétu de glaïeul ou de ces fanes pivoine qui bordent la route. J’ai même lu un jour que ces plantes partout sur la Terre avaient la mission de louer de leur silence, l’élan vers la suprême énergie. Croître et avancer ainsi dans une direction qui ferait corolle…

C’est une belle idée. Elle m’a poussée –navette un peu plus légère- à me rendre au jardin. Voir que la terre est généreuse et me mettre à son service, la creuser et savoir qu’avec ces gestes d’attention et de soin quelque chose reviendra.
Ces mots jetés comme des dalles dans un jardin d’images
sinuant parmi des fleurs d’encrier
de fontaines au sommet des volcans
portés à même le dos, la peur ou l’envie par un croupier de hasard
par-ci par-là des reposoirs
des tuiles pour les oiseaux.
Et le tunnel sans fin où jeter ses échos
une pierre après l’autre grattées dans la sablière
semences sans enfants que sont tous mes caillots.
Le jardinier balaie.
Il aime son jardin pour les pas et non ses chemins
et le rire qui découvre la mort

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.