Journal poétique / www.jouyanna.ch

ouvertures

jeudi 29 octobre 2015, par Anna Jouy

Je viens dans la maison du crâne ; ses coquillages partout comme les fenaisons de mes anciens désirs.
J’ouvre une à une les fenêtres ; la plaine est un vent plein d’écritures.
Il faut aérer, "déclamper" les tumulus du sang ; arbre des ancêtres j’écorce le souvenir et dessous ton liège, les vermicules de leurs rires. Y a-t-il des fous dans mes artères ? Je me sens habitée comme un hospice qui flambe de génies.
La tête, l’épingle de ma vie, piquée à la couture des aubes et des nuits ; je ne sais plus ce que je retiens. Est-ce la forêt des hommes qu’on aligne ainsi à la frange des lumières ? Et toi mon frère le mort, y es-tu aussi, grelottant tes vieux mots ?


Le néolithique en Algérie
www.wikistrike.com
tumulus-sahara-desert

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.