Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 486

dimanche 8 novembre 2015, par Anna Jouy

Il y a toujours quelque chose de lourd à mettre sur soi, un habit pour rester de ce monde. La conscience se porte-t-elle déboutonnée, chemise blanche ?
J’enfile et j’ai l’éveil et j’ai les pieds sur terre, une cotte m’assurant à la vie. De ces manchots uniformes, le volatil au cœur pitonné d’iceberg, un ballon rouge relevant ma queue de pie ridicule.
Je m’inquiète qu’il y ait des parties de moi qui sortent au grand air, sans le lest de la présence et je ne sais pas pourquoi, ça veut demeurer si nu, comme un grand cerf-volant qu’un simple fil retient. Ce mouchoir d’enfance qui déborde sans doute de la poche. Je m’inquiète, oui, car le risque est grand qu’avec son massicot, un jour l’aube tranche et qu’il me faille alors choisir…le rhume de l’innocence ou le plomb dans la cervelle.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.