Journal poétique / www.jouyanna.ch

lui

mercredi 11 novembre 2015, par Anna Jouy

La maison du père est vraiment très confortable. Je ne l’aurais pas crû. Autrefois, je pensais qu’ici c’était le cul du diable ! Étouffant. Tellement de livres, de toiles, de meubles... Maintenant j’avoue que j’apprécie. Je suis vieux quoi. Étrange baromètre ! Tant qu’ici m’a horripilé, j’étais jeune. Maintenant, je suis un type adapté, un con quoi. En ai dégueulé contre lui, contre ses manières, ses goûts de confort. En ai vomi du mépris, des ricanements. Et puis, il meurt et me voilà le cul dans son fauteuil, à boire ses grands crus oubliés dans la cave. Un ours Paddington, un bourgeois tout droit sorti de l’album de famille. Sous peu, je péterai toute la journée moi aussi, pour bien marquer le territoire de l’assis.

*
Il va neiger. Étrange. Pas courant, imprévu. Ça calme, ça rend doux. J’aime le blanc. Beaucoup d’aventures dans le blanc simple. Tiens le blanc bleuté de la neige, bleuté de ciel en fait.


carotté dans le texte en cours

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.