Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 493

mercredi 18 novembre 2015, par Anna Jouy

Le geste. Le sortir de l’ombre. Refaire le tirage. L’essai du faire est plein de bavures, de mouches. Il faut aller à ce précis détour, au profil de l’étoile. Ce tremblement tache mon corps et le brouille encore
Le geste. L’évacuer des détrempes, du mouvement de foule dans lequel il est plongé. L’essorer. Le mettre à l’air, lessivé des particules de haine, auxquelles il adhère magnétique du frottement commun.

Le dire. L’extraire. Le souvenir est un puits profond où nous avons jeté la peur et la mort et le tomber à la faux des muets, ces fleurs jaunes qu’on portait sur la veste, comme des tickets d’éphémère et d’inutile.
Le dire. Lui jeter du sel par-dessus son épaule. Du sel et de l’eau, les portes propres de ses lèvres. Le trier aux volets de ses dents. Rien ne sort de soi qui n’ait présenté sa charge de vie.

L’écrit. Le sceller. Comme on jure dans la cire. Nouer la trace digne de l’esprit à son sang, un seul fil d’encre. Ceci est bel et bien le pouls de l’humain que je suis.
L’écrit. Le signer. De ce qu’on veut faire et dire, ces mots seront l’empreinte, l’aura, la lumière.

< >

Messages

  • Qui es tu ?
    que fais-tu ?
    Comment tu te dessines, comment tu te destines ?

    Quelle trace laisseras-tu dans l’histoire ?

    Ce sont des questions que je peux me poser,
    en me regardant dans le miroir...

    Tu sais que des particules de lumière ,
    se posent, éphémères, sur mes épaules et mon visage,
    et me rendent ainsi , visible.
    ( le souvenir d’une étoile ) .

    D’un geste, ne faisant pas grand chose
    ou bien est-ce, justement par l’inaction,
    je peux me retirer dans l’ombre .
    Et des traces de vie et sang , je peux les confondre avec.

    Comme si le tain ne reflétait plus rien, ou bien
    la photo, à peine sortie du bain du révélateur,
    sortie en pleine lumière, s’oxyde,
    jusqu’à ce qu’on n’y distingue qu’un voile sombre .

    L’empreinte des sels d’argent, brouillée ,
    retourne à l’anonymat,
    en un fondu au noir .
    - 
    RC

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.