Journal poétique / www.jouyanna.ch

linguistique

vendredi 20 novembre 2015, par Anna Jouy

j’apprends à parler la nuit, une langue aux frappes étouffées.
chaque mot est un puits qui s’ouvre et fond dans l’encrier. et mes dents mordent les joues jusqu’aux solives obscures.

j’apprends le tapage d’une herbe contre le mur, le son d’une chinoiserie sur le parquet. le réverbère compose des calligrammes ; une parole pour guérir, la dernière pluie qui arrose le jardin de cordes à vocables.
j’apprends, je répète la leçon confuse. la nuit charabia de mon âme tourne sept fois dans le bol du désir. elle voudrait me traduire mais j’apprends, j’ânonne, je balbutie. ça reste insaisissable.

j’apprends à dire sous le duvet de lignes, à la lampe- torche. il faut faire remonter le babil de l’enfance, la langue nuit est faite de surprises, d’exclamation et de bouche béante. ce ne sont que des soupirs dans le profil du vent.


Les hièrogplyphes
nefernathy.e-monsite.com

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.