Journal poétique / www.jouyanna.ch

nuit : re

lundi 23 novembre 2015, par Anna Jouy

Quelque temps, écrire à nouveau des textes sans marges. Des lignes qui avancent vers le vide et le repoussent. Construire le pont translucide. La langue est un funambule de verre. Ne pas céder à la tentation du moellon, de la brique ou de la mine de fer. Mais jeter l’une après l’autre des flaques pour mieux y marcher. Étendre le texte au miroir d’un ciel plus limpide, un bleu sans géographie, sans veines. Écrire à nouveau des mots au kilomètre-leurre. M’illusionner de progrès. Y tourner pourtant en rond sang des toupies qui s’étourdissent sur la pointe. Ecrire des blocs, des pavés sans air, du rejet que l’on a de se découvrir toujours un peu faux. Malgré ce désir sincère, l’âme est voilée, chambre à air percée. Ecrire, reconnaitre ma honte en l’étouffant de vocables, d’ampoulures, d’étincelles. Tout triche un peu quand on commence à dire. Perforer la nuit au poinçon, me dire que c’est devenu illisible sauf pour les mains. Frapper alors encore et encore, taper le carbone. Salir quelque chose pour enfoncer le vide terrifiant que je porte. Ne pas cesser, me dis-je…Ecrire droit dans le mur, ce n’est rien qu’un peu de nuit cimentant la Nuit

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.