Journal poétique / www.jouyanna.ch

maison

lundi 23 novembre 2015, par Anna Jouy

J’entre dans la chambre repeinte en rouge. Je voulais des bols de cerise à pendre à mes oreilles, pour effacer la mort –mère, le père inanimé. Un lait de baies a envahi ma nuit. Ce sont les desserts du souvenir.
-  Tiens ma fille, le sorbet des raisinets du ciel.
Le hall d’entrée est jaune aussi. Il le fallait. Les gens d’ici désespéraient de la lumière. Ils souffraient trop sous leurs épaules si mûres, tombantes comme des soirs sans fin.
Les pièces en bleu, en orange, en blanc. Je voulais refaire, effacer leur ombre. Que personne ne sache leur nuit, leurs cavernes intimes. Je voulais recouvrir leur chagrin, le dissimuler et même l’anéantir.
Mais il remonte, il suinte. Je l’entends qui hante mon arc- en- ciel à la recherche de ma main, de ma douceur, d’une caresse sur le départ
L’envers de l’ailleurs


un peu pour anna, l’autre...

< >

Messages

  • .La porte était ouverte, j’ai visité la maison : un bouquet..Fleurs des champs sous le ciel bleu ? Quelle offrande à ceux qui, dans votre secret, ne l’ont pas quittée et vous appelleraient encore ; c’est un chant, Anna, lumineux qui vole d’eux à vous, dont je perçois à travers votre texte quelques mystérieux échos.
    Transfiguration..

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.