Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 497

dimanche 29 novembre 2015, par Anna Jouy

Au sortir de la nuit, sur mon dos pousse ta bosse. Suis-je un bon sherpa, les bras le corps dévoué. Je ne sens rien, longtemps. Que le souci de te mener là où on doit.
Le chemin prend froid soudainement, une neige en efface la trace. Je cherche. Je marche encore et tu ne bronches pas. Je dois te porter, je te le dois. Est-ce parce que tu es trop faible ? N’as-tu pas de jambes ? La tâche du pas t’est-elle trop lourde ? Je marche et rien ne saurait te faire descendre.
La terre alors se dresse. Montagne de plus en raide. Le chemin se tient bientôt vertical, j’enfonce mes chaussures dans ses marches d’échelle. J’y crois encore. Mais je le vois, plus haut, la route penche, s’incurve contre moi. Ainsi c’est elle, la Terre levée, comme une nappe secouée de la miette humaine, qui va nous repousser et nous faire chuter. Toute à cette varappe,si inutile pourtant, une idée stupide me traverse …l’homme peut-il marcher sur la tête ?
Vais-je te retenir et combien de temps encore défier les lois de vie ?

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.