Journal poétique / www.jouyanna.ch

au goût du jour

dimanche 6 décembre 2015, par Anna Jouy

« transcrire » même mes doutes...je crois, je crois. Pourquoi le mettre sur le journal ? Je pourrais tout aussi bien me passer d’écrire ce je crois... Donc le doute, l’hésitation toujours et qui doit d’une façon ou d’une autre suer, que ce soit dans la tête ou sur la page. La balance ne cesse de passer d’un extrême à un autre mais les mouvements sont de plus en plus brefs. Tantôt, je serai à nouveau sans question aucune, immobile, sans mouvement. L’idée disparaîtra de mon cerveau. Je poursuivrai sans plus y penser. Ce sera le plus simple qui gagnera. Et il ne restera que cette cendre en continu de vie qui se consume sans énergie.

J’attends la neige. Un hiver blanc si possible. Ce serait une bénédiction.

L’esprit ailleurs. La visite du musée ne me demande aucun effort, ni de la pensée ni de mes muscles. Je promène ma présence. Cela devrait suffire. Le gardien est-il donc assez effarant pour dissuader le badaud aux doigts gras, les semeurs de digitales troubles sur les statues, les mômes revêches que l’on traîne et trempe partout et qui se gardent bien quant à eux de se laisser imbiber de quoi que ce soit. Ce jour, les visiteurs étaient plus nombreux. Le temps est un facteur d’art. Le musée subventionne les chaleurs et les refuges pour promeneurs frigorifiés. Il faisait donc mauvais dehors et plein dedans. Il a simplement activé un pas plus ferme, une vitesse de dépassement, passé la quatrième du podomètre. Son va et vient efficace. Juste un homme à reprendre. Il ne pouvait s’empêcher de faire « son test de qualité »- comme j’entends dire. Éprouver de la main la bienfacture des choses, des pierres, des cadres, des toiles.
Me demande si on le palpait ce grand con, ce que ça donnerait...


Godard : tournage sans autorisation de la scène de course au Musée ...
films7.com1277 × 713

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.