Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 505

mercredi 16 décembre 2015, par Anna Jouy

La croisée s’ouvre, on dirait le saloon de l’hiver. On commande une mousse, on nous sert le cocktail des moraines. Il fait froid. La buée des lèvres rédige nos premiers bobards. Tu enfiles mon ombre pour aérer mon âme. Les réverbères poinçonnent le trottoir, tu peux rouler c’est bon t’as composté ton passage en lumière. La route fuit du rêve, perte noire dans les vases du brouillard. Tu creuses, tu bosses ; tu verglisses. La nuit vidange ses fêlures. T’es loin.
Il y a ce répons de poussière sur la vitre quand le jour s’achève. C’est le simple bourrelet de vivre sur la cicatrice du limpide. Chaque soir la baie du crépuscule rajoute ses petits pois d’erreurs dedans la transparence. Semence de tes soucis sur ma fenêtre. Même la pluie tient résidence sur le sable et le feu.
Tu fus l’innocence de l’aube mais je vois bien : rien n’est perdu. Tu rentres en moi et je soude mes épars.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.