Journal poétique / www.jouyanna.ch

songerie

vendredi 15 janvier 2016, par Anna Jouy

advenir. tout finit par remonter. les pensées enterrées vives ont fait des radicelles, des tubercules pleines prêtes à fendre l’épaisseur du tombeau.

on voit bien des esclandres verts surgir dessous la neige ou parfois le bitume. les espèces fortes cherchent la naissance. on voit alors partout le sol éclore de ce que l’on sentait confusément qu’il abritait. haine ou amour et même parfois cette indifférence d’ossuaire qui tient debout par des fils.

tout ce qui est en germe atteint son degré de maturité. la cosse saute de par les chaleurs et les gouttes. la gangue lâche graine et ça remonte.

c’est l’heure qui étonne, l’instant inattendu qui surprend malgré que l’on soit averti et que la vie, bon Dieu ! on en connaît déjà son grand bout. ce qui doit éclore et qui aurait pu rester inaperçu, le fonds de sa personne, l’inaudible musique, la frilosité d’un air qu’on espérait ne pas faire entendre.

maintenant donc.

dans le cocon, à l’abri des anciennes chenilles, percé de fiel ou de salive, mon papillon va déplier ses fleurs, son grand dessin de poudre aux yeux. je vais découvrir l’oiseau de paradis, chrysalide de nuit ou de paradis...

l’âme remonte : giclée de venin pour moi surgissante. je m’imaginais d’une espèce d’œuf ,d’une soie pourquoi pas, mais voilà du sang froid.


1.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.