Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 517

mercredi 17 février 2016, par Anna Jouy

L’oubli des anonymes, les choses humaines. Cette frange des présences bâclées, foule des inutiles, des défectueux. Pareils à des sons, aussitôt dits, aussitôt morts, transparences éclatées, des éclipses de savon. Ce sont des visages sous maigre définition, celle du matin quand on tire le fil et défait l’ouvrage de son rêve. Toute la nuit, j’ai cherché un prénom à remettre à l’enfant à naître mais je ne portais personne, qu’un anonyme vide refusant de se laisser nommer. Mettre au monde le sac d’air, un travail de poète, qui s’éventre d’un fantôme, dans les limbes de quelque sous-bois. Dans le même étui, la vie,la mort, sagaies fichées dans la forêt silencieuse...

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.