Journal poétique / www.jouyanna.ch

le tamis

mercredi 24 février 2016, par Anna Jouy

Il faut un tamis. Un grillage de pluie ou d’eaux sales. Le caniveau ruisselle. Il emporte avec lui le tri de la terre. La boue le sol l’érosion du temps qu’il fait. La fange domine. Et le tamis sélectionne par de nouveaux passages encore et encore. Du plus gros à ce point de finesse où l’on cultive le dernier grain de folie.
Il faut un tamis à secouer à brasser. Y mettre de la vie par pelletées, des tas-mis. La vie grossière dès le départ. La vie pêle-mêle. La vie en vrac. On jette dedans on malmène on agite on fait œuvre de choix. Faux. Est-ce ce qui doit rester ou ce qui tombe qui importe ? Est-ce l’épais ou l’émincé est-ce l’ultra minceur de la vie qui est le capital ou alors ces morceaux, disparates. Le souvenir, les actes, la « faisance » du temps ?
Il faut un tamis. Et par un geste simple de balance et de danse procéder à l’extraction du central. L’amour a dû tomber
Un grillage de pluie. On lave beaucoup dans les mines. On lave c’est-à-dire on éclaire la pierre avec de l’eau.


lajauneetlarouge.com

extrait Livre de l’impossible aimer

< >

Messages

  • De la danse inutile de l’orpailleur ?
    Ou alors
    faire le geste et sa danse
    même si la pépite semble sans valeur.

    (j’aime beaucoup)²
    ___
    "L’amour a du tomber"
    [parce qu’il est de la nature de l’eau
    Aucune granularité en lui
    que retiendrait le tamis ?]

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.