Journal poétique / www.jouyanna.ch

évide

lundi 11 avril 2016, par Anna Jouy

peut-être que tout s’arrête
une toupie une danse
les bras sans plus de moulin et le poème comme une écope vidée bégaie ses derniers mots
que tout finit, déchirées dentelles
que du fil c’est l’espace qui brode le plus
peut-être que ce ne sont de la paix que les mystères des larmes
le tranquille miroir de la gemme coulée
tout s’arrête et s’effile
ma chevelure, la transparence de la peau et la distance infinie de l’amour.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.