Journal poétique / www.jouyanna.ch

inspiration

dimanche 17 avril 2016, par Anna Jouy

Saisir le relais. On dirait que ça éclot dans la paume, le train de la compagnie des fluides qui passe et secoue la poignée du lointain. J’ouvre. Je viens chercher chez toi le petit paquet de mots. Tu me dis « ce sont les trains de jour, faut suivre » et je dois suivre. Je viens vers toi. Je suis la cheminote du courant ferroviaire. Tu murmures désormais. Tu me regardes et me lances un défi."Que fais–tu de mon horizon, vieille enfant ?"
Et je songe que tu posas tes bottes au décrottoir. Que la terre foulée était grasse et belle et que j’avais des mains, des corolles. Mes mots cherchent-ils leur correspondance ?
Je viens vers toi, me disant l’ayant-droits des aiguillages, tu murmures désormais et je te supplie de me laisser un souffle à poinçonner.
Tu me dis « Mon titre de transport est dispersé, quelqu’un a vidé mes poches ! Paie-toi un ticket. » Et je cherche parmi les ballasts et les traverses, le voyage qui t’a nourri.
Tu n’as cure de moi, je ne suis qu’une passante démise. Tu es assis boulevard Terminus. Tes yeux cherchent l’ailleurs, les mendiants du pays des manchots.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.