Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 548

jeudi 12 mai 2016, par Anna Jouy

Je me sentis défaite
Les forêts me tricotaient l’âme de leurs aiguilles en fûts de ciel
La terre lavait mes pieds comme une mer
Elle enflait couverte de navires en briques rouges
C’était un océan lourd dans lequel s’enfonçaient les vigies et des phares sans regard
L’air m’entoura d’une écharpe poreuse,un tuf léger des bulles en leur prison de pierre
Et le poème entra, me poussant aux recoins du jardin
Il me frôla lucide quand j’allais guérir des venins de magie
Je me sentis défaite enfin
Mon corps tendit l’arc
J’étais une voile ronde qu’un souffle faisait battre
Je ne sais quelle flèche allait me quitter mais je fermai les yeux et visai une étoile

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.