Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 553

lundi 23 mai 2016, par Anna Jouy

Il faudrait sagement oublier le mot, il est épuisé d’avoir fait craquer le chemin. Prendre le corps de la nuit et comme un enfant qui dort l’ensevelir de lumière. Porter contre soi une pépite noire remplie d’anges et de retour des mines, aller au guichet du change. Il faudrait greffer un lilas vrai sur l’aurore et le laisser parler de l’eau que soulèvent les couleurs. Il faudrait sortir ce matin, détaillé comme un rêve au grand Songe, une travée de désir au profit de l’absence. Se demander, le front contre sa guerre, le sens et percevoir cette cloque maintenant à la surface du miroir. Sagement gratter ses semelles aux mâchoires du jardin et s’en retourner léger.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.