Journal poétique / www.jouyanna.ch

Au parc

mercredi 25 mai 2016, par Anna Jouy

Des nuages comme des serviettes de noces, suspendus dans le ciel, banderoles avant la fête des éclairs.

Les gens tracent des aventures illisibles. Ce sont des mouvements qui murmurent. Il faut tendre le regard pour tout comprendre. Mais ils sautent les pages au coin de la rue et me voilà sourde.

Un arbre dans la cour a perdu la tête. Manège de bras et de feuilles ; il cherche sans doute son auréole perdue. Un gamin joue au freesby.

L’attente sent le gravier. J’ai tourné une horloge de pierres et soudain tu arrives par la route. Alors le parc se dissout dans le rétroviseur et quand tu me parles, je vois ton corps qui écrit sous silence.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.