Journal poétique / www.jouyanna.ch

sur la face ridée de mon rêve

jeudi 30 juin 2016, par Anna Jouy

je préfère suivre les côtes intérieures. comment le sable borde mon sommeil et se couchent en moi les arbres de famille. le père est revenu des étangs, les doigts pleins de grenouilles. et son corps roseau cherchait à boire. j’avais cette grande éolienne plantée comme une pile dans le souffle. mais ni lui ni moi ne trouvions l’ampoule des soleils : la nuit n’avait de cesse, un réflexe de danseuse argentine. elle balayait le désir et nous nous sentions envahis de poussières. il portait son fret de colères, de vieux alcools de ligne qu’il n’avait jamais mis en perce. et je le sentais prêt à m’enivrer de fiels. mais il se tut encore comme longue est sa mort. il revient ainsi cabotant de mon cœur à mes yeux, de la main à la bouche, et de la tête jusqu’au ventre avec cet éperon de charge,démanteler les plaisances de mes songes.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.