Journal poétique / www.jouyanna.ch

La langue titube, saoule d’elle-même. Des...

samedi 20 août 2016, par Anna Jouy

La langue titube, saoule d’elle-même. Des flashs ivres dont je ne sais quoi, de la lumière ou des absences fascine le plus et déroute.
La langue se prend les pieds, écorche sa marche de barbelés, de pensées comme des nœuds de fer dressés sur le fil. Hoquets levés, chaque respiration se brise et déporte le dire vers de nouvelles galaxies. Aléatoires régulières, j’y pense, je fuis.
........Rien ne coule, même pas mon brouillard
La langue éclate, des copeaux de baudruche partout, une place décomposée, fulmine déminée à la mèche et au feu et même les plus douces choses montrent soudain des crocs et des lames coupantes.
.......Rien ne coule même pas mon brouillard
La langue jalonne de traitrise en traitrise cette peur interminable d’être ainsi l’otage de la multitude des sens, et chaque mot est un gouffre infini et chaque mot un confetti sur le tas de fêtes
.......Rien ne coule même pas mon brouillard


Explosions de Ballons à Eau - Chambre237
www.chambre237.com

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.