Journal poétique / www.jouyanna.ch

montaison

jeudi 8 septembre 2016, par Anna Jouy

les yeux me brûlent d’une huile lampante, de l’orée des pupilles jusqu’aux fibres de l’aube. le rêve arrive par l’incendie. cette mer-là est seule comme le feu, comme le soir, comme un ballon qui vole à la course aveugle.

j’apporte les capsules de nuées sales au buandier de nuit. c’est l’heure de la kermesse des figures, grand bal craqué dans la matrice des sommeils.

je suis un érable sans reins, dérodé des branches du vieux jour, et je monte comme un artifice en fleurs. la fin des choses grandit-elle le ciel ? je suspends mon front au soleil. repos mon frère.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.