Journal poétique / www.jouyanna.ch

veritas

samedi 17 septembre 2016, par Anna Jouy

Quelqu’un dirait c’est vrai...
Aussitôt ma main s’arrêterait comme une cloche sans battant. Je chercherais du regard cet endroit qui serait en moi d’un seul mortier. C’est vrai ?
Je cesserais de désenclaver mon navire, je jetterais l’encre, ce serait un but enfin solide. L’inquiétude est en moi comme une image myope. Le flou indistinct de ces choses. Je comprends le mal comme une scie dans l’air, déchiqueté, et moi pareil. Si au moins je tombais. Mais non. C’est vrai ?
Aussitôt mon corps entier s’arrêterait et je ficherais dans la brume ma corne de détresse, un boulet lancé dans le ventre mou du dieu sans réponse. Si au moins je volais. Mais non. La vérité qu’on dit s’enfuit comme ma plume perd ses eaux.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.