Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 632

samedi 24 septembre 2016, par Anna Jouy

L’aube sarcle le jardin des colombes. Du nuage pâle s’envole là-bas à la flèche des mains, un tir éperdu des harpons de lumière. Je ramène le cachalot du rêve.

Trois juments percheronnes aux cheveux longs et coiffés descendent de la peine, cortège précieux que l’on fait sur les ongles. La route est une ville qui aurait perdu ses maisons, une tige sans graines ouvrant la terre à semer. Labour sans enfant

L’aube bêche drue, violente, et mes mains s’invitent dans les volières du silence. On essaie d’égaliser la plage, deux peignes qui dansent. Ecoute-moi, dispersée, écoute-moi qui ne veux cesser d’étourdir les regards, les corps et les désirs. Ecoute-moi qui ne peux fixer nulle part l’inquiétude et les mots. Ecoute-moi, ce que je dis c’est l’agitation douloureuse des vies, cette irrégulière présence floue.
Et là-bas déjà se dispersent les ailes et la lueur.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.