Journal poétique / www.jouyanna.ch

Comme il est bon de se serrer contre soi

lundi 5 juin 2017, par Anna Jouy

...de se retirer le front touchant le cœur
et l’esprit bat, du rythme du non-dit
Bon de nicher sa couvée d’œufs de songe
saillis de la douleur.
Mais mon oreille murmure alors des mensonges, l’enfance morte et les corneilles.

Bon de retrousser son corps du côté de l’âme, de frayer son chemin dans le labyrinthe
Un lac m’attend
Son regard sans paupière m’aime pour toujours
Il n’y a rien du côté des poètes, ce sont des êtres raidis dans les orgues du monde
L’homme n’existe pas, c’est l’opium du Chant
Irrespirable

< >

Messages

  • Alors
    j’ai pensé
    à ces mots

    "C’est à celui en toi qui sait être seul, à l’enfant, que je voudrais parler, et à personne d’autre. Il est loin souvent l’enfant, je le sais bien. Il en a vu de toutes les couleurs et depuis belle lurette. Il s’est planqué Dieu sait où, et c’est pas facile, souvent, d’arriver jusqu’à lui. On jurerait qu’il est mort depuis toujours, qu’il n’a jamais existé plutôt et pourtant, je suis sûr qu’il est là quelque part, et bien en vie."

    à
    moi
    je n’en
    avais pas

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.