Journal poétique / www.jouyanna.ch

Et puis certains matins une guitare électrique...

vendredi 14 juillet 2017, par Anna Jouy

Et puis certains matins une guitare électrique dézippe l’air. La lumière vient par le bruit, naissance aux forceps, de plectre et de riff. Orage décibels.
Et dans le ciel, l’onde fend le monde, des falaises courantes. L’aube éclate, mâchoires rouges de sons sur le vumètre. Cette déchirure craquée de tissus et de conjonctives, la vie s’ouvre et tremble et chute, et mes pensées, mon rêve et toi, avalés par la bouche sans âme de l’instrument. Ce sont des matins où le soleil pousse dru, aiguisé. Et moi l’esprit effilé je me prête à sa lame et au poignard.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.