Journal poétique / www.jouyanna.ch

nouvelle vie

dimanche 24 septembre 2017, par Anna Jouy

nouvelle vie
une vieille femme mord quotidiennement dans le silence ; elle remet au goût du jour le pleur de son enfance, une compresse sur mon oreille

une épaule dans un paquet lacé bleu hante les corridors ; elle parle d’elle-même à la troisième personne.

quelqu’un réclame un Temestat à laisser fondre directement sur son zizi, histoire de rompre ses angoisses bandantes.

toutes les nuits, se lève la tempête. c’est Ventilo, ouragan, zone grotesque déclassée, qui mugit à ma fenêtre,

un sportif entretient des causeries sans fin avec la planète fan de foot ; il ne comprend pas qu’il ne puisse commander chaque jour un mac do ou une pizza chèvre. c’est pire que la prison dit-il !.

ma voisine qui a le profil d’une chanteuse colorature change de tessiture la nuit venue elle ponctue son sommeil de questions graves et d’étonnement à la Rebroff, une basse profonde venue de Lisboa.

j’appelle un taxi pipi, un carrosse blanc tout au service de sa majesté Mon Postérieur Premier mais j’ai le teint citrouille.

un homme chaque matin réclame de rentrer chez lui en hurlant qu’on lui ouvre la porte de l’armoire à pharmacie

le sol est rouge, le lit chamellique, je bronze dans mes bouffées de chaleur.
ce pays- c’est l’unité Traumat ! prononcer le t final. je ne sais pas si c’est parce qu’on est des traumatisés ou si c’est pour qu’on y augmente son potentiel de folie.
j’apprends à dormir 18h sur 24h

j’apprends à le faire la bouche ouverte

j’apprends la vie à la romaine , à moitié nue sur une méridienne multiplis
je dors pliée dépliée
tantôt j’essaierai le style ficelée tête et pieds par les cheveux et le cul pointu dans les moelleuses rondeurs d’un pampers

je vis une nouvelle vie

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.