Journal poétique / www.jouyanna.ch

chaque matin évolue. ciel clair et tentes...

mercredi 27 septembre 2017, par Anna Jouy

chaque matin évolue. ciel clair et tentes grises ; moi je bouge dans le sens inverse. j’adapte mon balancier, le gris des nuits s’aiguise sur la langue et bientôt je pense bleu. presque trois heures d’artisanat de précision.
je finis au polissage mes turquoises marines.
sur le palier vit un colonie pénitentiaire de premier choix. la machine fonctionne sans le moindre accroc, la destinée de chacun s’encre au cathéter.. au bout du couloir un professeur trie de jour en jour ses pièces charcutières..
il y a autant à regarder du côté des gardiens que des maux dits
tous les trois jours le nuancier des âmes soignantes s’ouvre pour toi et tu passes de l’appliquée petite souris avec son chignon modèle auréole, à des transpirantes juments qui tirent à hue et à dia ce radeau de la Méduse.
dans la peinture de l’artiste, j’ai les mollets qui trempent dans la mer, de petits avirons qui tricotent vers laTerre !
les discussions par ici virent du hauban au moindre incident. les débordements verbeux, les silences têtus, les blablas, les débats....lequel jette-ton par dessus bord ce jour ou demain ?

et dans ce endroit où pour les autres, je suis inconnue, inexistante et dossier, là où moi-même j’ai tant de peine à me reconnaitre, là où aucun rite ne fonctionne, aucune volonté, aucun choix ne permettent à mes esprits de se rassembler. là j’entre dans le mystère le plus secret de mon corps, de sa souffrance, des limites qu’il accepte, des forces qu’il trouve. je fais connaissance avec un moi totalement inabordé méconnaissable, un autre personnage : le corps douloureux dont on cherche à se détacher

<

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.