Journal poétique / www.jouyanna.ch

ecouter le vent s’éteindre. un ennui qui...

samedi 30 septembre 2017, par Anna Jouy

le vent va s’éteindre, un érable soupire, se dissout dans le torréfié des feuilles. restent des choses importantes à faire, le collier de galets troués, harmoniser mon corps à l’ellipse des moulins. mon corps qui a mal comme un deuxième chien, mâchoires à l’os.
il se tient aux semoules du futur, quand aura craqué la dernière panure, il ébrouera le désert. j’ai vu la vie des gréves, un chapeau et le ventre remplir ses poches des pierres du soleil. j’aurai la peau sombre sur l’envers des lumières.
le vent s’en va loin, rien ne l’arrête et le dernier cri qu’il soit d’amour s’il va aux confins d l’univers

<

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.