Journal poétique / www.jouyanna.ch

sur place

samedi 20 septembre 2014, par Anna Jouy

Je ne tiens compte que des coulures, de l’épaisseur d’acrylique des tables de matière.
Que des émergences
de la stalagmite de l’âme
Il éclot au ras de la vie des verrues divines,
châsses bénies des surplaces de mon corps.
Il bégaie le bougre, te rattrapant et te rattrapant encore,
Kyste des respirations de l’ange
Je ne tiens compte dans le boulier d’ivoires que des mots ressassés.
De la reprise en zig-zag, du tacon de l’amour,
une gaze blanche qu’on applique à la colle
Et la couche crépie entasse le néant.
Je fais cal de parole, comme ma terre un jour a cessé d’avancer, retenant des montagnes dans la course à la mort.


1024 x 768 · 231 kB · : www2.ac-lyon.fr

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.