Journal poétique / www.jouyanna.ch

dernière

jeudi 4 septembre 2014, par Anna Jouy

très vite, jeter les mots sur la source lumineuse
me hâter, le jour me laisse encore quelques apparences, des filets pour marcher sur la corde.
mer reste entre ciel et terre, une zone humide qui ne sait pas ce qu’elle veut:tomber ou bien s’enfuir.
là-bas c’est le bord grumeleux du sable des hauteurs et la marée ne passe que les jours de la pluie.
très vite, avant de tout faire sauter, les ampoules, les outils, les puces autonomes et de zapper vers les paupières.
hier
hier qui se définit lentement. je viens de le tisser, là derrière moi et je coupe les dernières trames... ce fini tapis du 4 septembre.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.