Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 276

dimanche 26 octobre 2014, par Anna Jouy

Je serai si tu m’inventes assez…la forme est déjà prête, le contour délimité.
Je suis dans le sable une trace de doigt. Verse-y le plomb de l’ombre. La cire est creusée, le détail gravé. Ton imaginaire avec ses gouges, la force de tes mains et l’œil de feu de ton désir, tu as rêvé.
Je serai si tu m’inventes. Dans ce creux de saison, ces heures vides dans lesquelles j’ai pris tournure, vont couler tes efforts, me remplir, me fonder. Déjà je déborde du cadre, je sors de l’image. Je serai si tu m’inventes.
Chacune de tes pensées m’innerve d’un frisson et le battant de la cloche de vie tape à mon cou. Je tranche du domaine des morts, je durcis dans ma veste illisible. La toupine de verre s’emplit des fusibles de lumière. J’existe puisque tu m’inventes.
Regarde-moi venir sous tes paupières et puis sors tes mains du gilet des enfers. Sers-moi. Touche et crois.
Et Dieu ! Me reste à moi cette seule prière :
Que ta chimère m’accorde les fêlures réelles de l’ordinaire

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.