Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 282

dimanche 2 novembre 2014, par Anna Jouy

Parfois le temps embaume. Il ramène vers nous les fraises, l’éclat rouge du jardin. Le sang nous revient, glissade sucrée de nos cous vers nos « débattues »* de carotide. On sent taper l’été dernier, notre glane prend feu, un coup de reins, de ventre et de désir. Notre saveur engourdie, drapée de sucre glace fond et nous laisse mûrs pour un éphémère retour de temps.

Parfois le temps embaume. Il vide nos parts molles et lâches et nous remet de plomb dans le grand empaillement général. On sèche debout sur nos guiboles de bois blanc, tout impartis de saisons, tout épouvante, surveillant le pas grand-chose du champ des destinés à disparaitre. Et sérieux on regarde, attentifs veilleurs des invendus du temps

Tu es venu. Tu es parti.
Et dans ce moi qui demeure soudain l’embaumement de paille du temps qui vient encore de passer

* retour du sang après engourdissement de froid et qui fait mal

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.