Journal poétique / www.jouyanna.ch

pluie voyageuse

vendredi 19 décembre 2014, par Anna Jouy

il n’y a qu’à la pluie voyageuse que je peux me confier. en elle je ne m’arrête ni ne m’égare
elle tombe et c’est ainsi, une chute et des merles qui chantent. nourrir le piaillement des gouttes d’une becquée de grains.

contre la mauvaise montre, la mort à la banderole, ma route qui se lave. alors, bien rincer l’ennui à la bécane d’averse. je fricote à la corde, lessive de beaux draps. dans la mousse des pédalos d’orages, l’éventail d’aiguilles déroule les rayons de cette eau. on dirait des ciseaux qui hachent avec dedans l’éclat tranchant le fil de la lumière.

poursuivre, rétrécie ou lâche, difficile de savoir le bout de mon programme. la pluie me coud à la machine à vivre, chaque pore un point dans le bitume. ne pas trop m’étonner du raz de terre.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.