Journal poétique / www.jouyanna.ch

avant les heures

samedi 5 septembre 2015, par Anna Jouy

apprendre mon métier de personne. le double et son miroir. me traverser et ne rien sentir. ni muraille, ni chair. ni fluides ou transparences. personne. le contenu le contenant. les limites des vides, pluriel immense, qui s’interpellent entre eux et me forment. mais au sonar je suis quelqu’un. j’ai l’écho dans la poche. un vieux pote qui me prend toujours par le revers, je sonne creux.
apprendre mon métier de personne, dans la censure intime. la langue pousse et j’ arrache, je saborde, je veille au grain : une invitation au désert, une ultime tentation de suicide et de mort vive.

l’exubérance, la force de mes voix...toutes taillées court, ras. habit rayé. punition. parfois j’ignore mon crime, mais il existe, par contumace. les amis me tombent des feuilles, la faute au grand Manitoba du silence. une plaine et rien d’autres.

apprendre mon métier de personne, à la dure. pellagre de la voix, des trous, de l’aphasie qui croît envahit le terrain. me présenter mitée, rongée personne...j’ai pesé mon oiseau. au prix de la plume, le vol d’ici-bas à l’ailleurs ne coûte bientôt plus rien

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.