Journal poétique / www.jouyanna.ch

rêve du scribouilleur

mercredi 9 mars 2016, par Anna Jouy

Tu mets quand même dans le texte une pincée de fables, comme on se met sous le coude sa réserve de munitions. A quoi cela servirait-il que tu dormes, que tu contemples, que tu t’assois en tailleur sur des coussins bien durs, s’il te faut filtrer le vrai du feu ?
Parfois, tu baises avec des génies de la lampe, des dresseurs de mamelles. Tu me crois ? Ou tu m’éventes ? Parfois, le vin fort tache indélébile le drap de l’innocence. Tu saignes aux quatre coins. Est-ce un jeu ou l’empire des marées de quadrature ? Parfois, tu te lèves hirsute, rongé de bile et de venin et tu exerces le pouvoir des étouffeurs de chandelle, premier levé, premier couché. Est-ce une idée ou l’ombre de ton pas ? Parfois, tu revendiques ta présence, au tocsin, le brame de solitude.
"Parlez-moi...!"
Ca monte, à te déchirer le plexus. Tu repousses du cri l’horizon et le fond de l’univers. Tu le crois, tu en es convaincu, l’espace s’agrandit. Mais tout le monde a reculé d’un pied, c’est pour ça. Tu te crois plus puissant mais tu arases à la faucille le blé de ta nacelle.
Tu mets du rêve, du condiment sacré. C’est pour vivre. C’est pour écrire et que te passe le goût de terre qu’a ton palais.


Projecto Vercial
alfarrabio.di.uminho.pt570 × 576

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.