Journal poétique / www.jouyanna.ch

graphos

vendredi 1er avril 2016, par Anna Jouy

Pas une page dans ce petit carnet qui ne soit troublée, secouée d’une trépidation de marteau-piqueur. La "tamise" du temps, les soubresauts, le chaos. On croirait que les pages, la blancheur, s’amusent à branler la nappe et déranger l’ordre tranquille des mots. Ils se révoltent, ils me narguent et aussitôt posés qu’ils trépignent et semblent comme un carnaval de puces et d’insectes instables. Les mots se mélangent, une mosaïque valsant sous les écarts d’une route bosselée. Mon caprice sans doute ; une répulsion à écrire et une obstination pareillement. Les mots sont comme une populace insatisfaite. Ils sortent dans la page et masse incontrôlable, ils noircissent la place. Furieux, fous, douteux.


édition | miZenblog
maquettistepao.fr

< >

Messages

  • les mots nous échappent
    s’échoppent eux-mêmes
    sans l’aide du burin du scribe
    plus leur donnons vie et les libérons
    plus vite nous finissons emmurés
    sous leur chape

  • n’ai plus que respect défiant vis à vis d’eux
    ou envie de me cacher avec eux

  • Vu tardivement ces hiéroglyphes (chacun trace les siens)...

  • On dirait un tremblement de terre très doux
    qui s’accomplit au trentième dessous,
    donc tu vois bien que rien ne bouge,
    ( même le bocal aux poissons rouges).

    Il n’y a que les mots qui se secouent
    Ils s’éloignent et se rapprochent tout-à-coup
    Tranquilles en apparence
    Quand tu fermes les yeux, ils dansent

    La nuit est arrivée - sans doute trop brève
    Mettant fin au jour qui s’achève
    Tu ne t’en rappelles plus qu’une frange
    Mais déjà tout se mélange.

    Il n’y a pas besoin de marteau piqueur,
    pour que se multiplient les erreurs :
    les mots rient sous cape,
    les paragraphes dérapent,

    Les rimes en font à leur guise,
    la mosaïque se défrise ,
    Tout cela ne veut plus rien dire :
    ( En tout cas tu n’as pas voulu l’écrire )

    C’est parait-il l’inconscient qui s’exprime
    Libéré de l’esprit qui l’opprime
    Les mots se libèrent et s’enfuient
    A la faveur de la nuit

    Peut-être, après une journée torride,
    Vas-tu trouver la page vide :
    Tous les caractères
    Auront pris la file de l’air

    Voila ce que c’est de rêver...
    Evanouis, évaporés
    Ou tournant en rond,
    collés au plafond :

    on les voit encore qui trépignent,
    juste extraits de leurs lignes,
    partis avant la récolte,
    petites graines en révolte,

    Il va falloir les aimer,
    pour de nouveau les amener,
    à correspondre à ce que tu penses,
    et respecter leur indépendance...

    RC

  • très bien dit ! je m’incline.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.