Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 217

samedi 26 juillet 2014, par Anna Jouy

Parler de l’encombrement du tas que l’on déplace, déporte, emporte et module.
Que l’on ne cesse de tripoter comme une boue labile, l’essence noyée dedans, aiguille dans le foin mort.
Soi, là, peut-être, juste un bouton, une nacre qui noue la vie à un doigt du fluide ; mais cet écueil…
Ce vaste recouvrement pour résorber un grain métèque perdu dans ses muqueuses, encombrement profusion, la foison têtue des crachats, l’enduit blanc qu’on sécrète sans cesse pour arrondir la poussière d’un seul jour, d’un mot étranger.
Greffes ou réparation, le cal de cicatrice est de plus en plus rond, en faire une perle sauvage est une contrainte permanente. Une vie de mollusque dans sa coquille.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.