Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 251

jeudi 25 septembre 2014, par Anna Jouy

dans l’accalmie de l’aube, tant de morts qui marchent attendent que s’ouvre enfin le ciel, on ne veut pas s’en aller sans une rampe de lumière
dans l’accalmie, la nuit passe la main et la vue t’est rendue vertiges de Colin Maillard dénoués
tu jettes à terre ta verroterie de poète, le monocle du phare, la torche de nuit qu’il faut éteindre.
tu meurs dedans
tu enfiles tes épaules, Atlas d’opérette, la carrure de palissade protégeant tes chants et tandis que le corps te quitte pour ses abois ordinaires, l’âme demeure.


Aube | L’Oeil Ouvert : photo et poésie
ossiane.blog.lemonde.fr600 × 402

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.