Journal poétique / www.jouyanna.ch

sortis du mur

mercredi 6 janvier 2016, par Anna Jouy

Je les entends. Des mots saillent du mur, des sons- mots, des pointes exaspérantes. Je ne sais ce qui se trame. Je ne doute pas que ce soit de mauvaises choses. Mon oreille est formée à les entendre, je suis modelée à ce percevoir, comme un chien renifle sa drogue. J’entends se créer des tourbes et des marais. Et les clochetons de mauvais augures se balancer comme des roseaux au vent qui sonne. Je me prépare à voir mousser le mal ; une potion, des bulles, le gaz carbonique des ragots. Je me tiens peinarde, je laisse la matière tonique feuler dans l’ouate sans envergure. Le mur casse le discours, l’étouffe par bribes, efface ce qu’il faut de syllabes. Recouvre de chaux les voix, puis arrache d’un coup le sparadrap du silence. Tout rebondit et sautille mais l’esprit quant à lui ne sait rapiécer les trous. Je ne peux qu’imaginer, je ne peux qu’anticiper le dire du mur. Il sème en moi la magouille, le complot et active mes soupçons. On barbote dans le secret, la confidence de l’entre nous soit dit. On ne laisse émerger que ce qu’il faut ; pour allumer le curieux. Que se passe-t-il, quelle nouvelle qu’on me râpe en copeaux, à semer sur ma gueule pour le sel et puis que je la ferme ?


Les commérages, les ragots sont des armes qui chaque jour ...
jpdiacre.over-blog.com

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.