Journal poétique / www.jouyanna.ch

parfums

mardi 29 mars 2016, par Anna Jouy

Nous ne sentions même pas le parfum que nous voulions, parce que le parfum est unique et que nous sommes encombrés et chargés et cela tellement, qu’il est impossible de l’isoler et savoir.
Nous n’avions rien, parce que tout et n’étions personne, parce que trop. Alors même ce corps, dans son incompréhensible exubérance, se taisait. L’amour n’avait que faire de ses chairs. Il parlait, simple ligne d’une aube qui revient.
Je n’ai jamais su si c’est la main qui tire la pensée ou l’eau qui clapote dans ma tête avec ses barques, ses morts et ses graines sans fleur.
Ensuite, je ne sais plus vraiment, sommes-nous si solitaires, désunis ? N’y a t-il pas entre nous d’étranges toiles, des galaxies de noues, nous livrant les uns aux autres ?
Pourquoi ta peine me chavire ?
Je pense faire partie de toi, c’est pour ça que ça déchire, que ça griffe et me déséquilibre ?
Parce que toujours, j’ai imaginé ma solitude, alors que personne ne tient debout en haut du vent. Même si ce n’est qu’une attirance, nous sommes des planètes soutenues de forces et de désir.
Alors est-ce que je te connais ? Oui n’est-ce pas ? Et où que cela résonne, dans quelque lieu que ça se passe, ce qui te touche me touche aussi. Profonde humanité. Incommensurable humanité.
Mes mots comme des odeurs montent et font mouche. Notre essaim bredouille...

< >

Messages

  • sommes solitaires, même pas désunis
    du moins nous le pensons, et tout en faisant attention aux autres nous devons le croire
    Et découvrons que nous ne le sommes pas tant, par delà notre ignorance de ce qu’est l’autre (mais savons nous ce que nous sommes), par des petites accroches discrètes mais plus fortes que le sentio,s

  • Le parfum
    un peu de l’autre qui nous emplit
    et brise un peu notre solitude
    mais pas sa pensée.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.