Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 543

lundi 2 mai 2016, par Anna Jouy

Ce matin, j’écris entre mes mains, un sceau de buée dans les doigts.
Le froid attend à la porte, comme un chasseur devant l’étendue. Il va prendre mon bagage, corps et âme, héler le vent qui passe.
Je suis pendue aux laines des cavernes. Un cyclope m’attend moi aussi dans un monde sans vision. Sortir de là, m’enfuir, quand l’errance se prononce folie, le voyage est abimé.
Le couloir dénonce, le couloir lève ses filets de venin. Dérive sempiternelle des levains de discorde. J’avale le fleuve des couleuvres, écrouelles vénéneuses. Comment transformer la pestilence ? Comment respirer encore ? As-tu quelque chose à dire pour ta défonce ?
Le froid me prend aux lèvres. J’ai peur de mes mots. Sont-ils sales ?
Alors, fait bon qu’il gèle.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.